L'INNOVATION

JEOLIS : du nouveau dans l’air

Jeumont Electric consacre une part importante de ses efforts de R&D à la recherche de nouvelles topologies de machines tournantes et participe régulièrement à de grandes consultations publiques, comme celle organisée en 2012 par l’ADEME dans le cadre de l’AMI Grand Éolien. C’est dans ce contexte qu’a pu être mis en oeuvre le projet JEOLIS. Cette génératrice éolienne innovante est une machine synchrone compensée, plus compacte et utilisant une moindre quantité d’aimants qu’un alternateur à aimants. Des atouts qui permettent également de la décliner pour le marché hydraulique

 

 

Supraconductivité : de nouveaux débouchés

Jeumont Electric s’intéresse depuis plusieurs années aux applications de la supraconductivité pour les machines électriques tournantes, en lien avec le GREEN (Groupe de Recherche en Électrotechnique et Électronique de Nancy) avec lequel l’entreprise a réalisé un pôle supraconducteur.

Une nouvelle étape a été franchie en mai 2015. Jeumont Electric a pris place parmi les acteurs impliqués dans le projet de générateur supraconducteur pour l’éolien offshore, baptisé Ecoswing et financé par L’Union Européenne.

 

En savoir plus…

La supraconductivité est un phénomène physique découvert en 1911 par un physicien néerlandais Heike Kamerlingh Onnes qui observa que la résistance du mercure devenait nulle en dessous de 4,2 K ( -269°C).

Les matériaux supraconducteurs se caractérisent par deux propriétés spécifiques, lorsqu’ils sont portés à très basses températures :

  • ils n’opposent plus aucune résistance au passage d’un courant électrique
  • un champ magnétique externe suffisamment faible pour ne pas pénétrer à l’intérieur du supraconducteur et rester en surface. Cette dernière propriété est appelée l’ «effet Meissner» du nom du physicien qui l’observa pour la première fois en 1933.

La supraconductivité n’est observable qu’à de très basses températures, ce qui impose de recourir à des appareils cryogéniques venant refroidir ces matériaux.

Les supraconducteurs sont la pierre angulaire des recherches depuis plus de dix ans dans le secteur de l’éolien offshore. Pourquoi ? Parce que cette technologie révolutionnaire est la seule voie possible, dans un environnement de haute mer très difficile, pour atteindre des puissances plus importantes et un poids moindre de la nacelle sur le mât, tout en conservant des niveaux de fiabilité élevés.

Ajoutons que les machines supraconductrices, même si elles doivent faire la preuve de leur fonctionnement, permettraient également un avenir plus vert. C’est la raison qui a conduit, en 2012, l’Agence américaine pour l’énergie à débloquer plus de 30 millions de dollars pour subventionner la recherche sur les matériaux supraconducteurs qui constitueraient une alternative à l’usage des terres rares dans les machines à aimants permanents.

 

 

Crédit photo THEVA

Un projet d’éolien novateur à l’avant-garde mondiale

En s’associant avec huit autres entreprises européennes à la conception d’un prototype de génératrice supraconductrice pour l’éolien, Jeumont Electric fait un pari sur l’avenir. Une première mondiale qui, si elle connaît le succès escompté, permettra à ce fleuron de l’industrie de conquérir le marché international.

Le pari est osé. Comme l’était, il y a trente ans, celui sur les aimants permanents destinés aux moteurs de sous-marins, qui a fait le succès de l’entreprise. Osé et novateur. Un peu les leitmotivs du site jeumontois ces trente dernières années. «  Il n’y a que ceux qui n’essaient pas qui ne réussissent pas  », sourit Nathalie Renard, directrice marketing et chef du projet Ecoswing.

 

Pour lire la suite de l’article paru dans la Voix du Nord du 15/10/2017 cliquez sur le lien ci-dessous:

http://www.lavoixdunord.fr/245712/article/2017-10-15/un-projet-d-eolien-novateur-l-avant-garde-mondiale-jeumont-electric

Électronique : Surveillance et sécurité

Pour le suivi de ses machines, Jeumont Electric développe des applications qui utilisent les dernières technologies électroniques. Par exemple, un système de détection de défaut masse rotor baptisé JEROMO a été développé. Simple et économique, il permet la surveillance du rotor (y compris à l’arrêt) sans aucune bague ni balai.

 

 

Jeumont Electric la force d'un groupe
Découvrez nos filiales